(Les joies de) La vie en colocation !

Ça fait un peu plus d’un an maintenant que je vis en colocation. Si aujourd’hui je viens vous en parler, c’est parce que j’ai décidé d’y mettre fin. Il est grand temps pour moi de m’envoler (de nouveau) et de réapprendre à vivre (totalement) seule.

Pourquoi la colocation ?

C’est en mars 2016, suite à une séparation, que j’ai décidé de vivre en colocation. À cette époque, je cherchais à déménager au plus vite, mais je n’avais pas spécialement envie de me retrouver seule. Je n’étais pas prête pour ça. Comme j’en parlais dans un article posté l’été dernier, j’ai eu une période assez compliquée. Et il me semblait important d’être entourée à ce moment là.

J’ai donc atterri dans une colocation de 3 personnes, où il y avait déjà un gars et une fille. Et là, la révélation !

La vie en colocation : mon expérience

team colocC’était ma toute première expérience de vie en colocation. Et c’était un pari assez risqué car, avant de poser mes valises dans ma chambre, je n’avais rencontré aucun des deux colocs qui étaient déjà là ! Et finalement, j’ai découvert 2 personnes absolument géniales, qui m’ont été d’une grande aide (et qui ne le savent peut-être même pas !). Ils ont été là, à leur manière, pour m’aider à sortir de ma grotte. Soit par une invitation à prendre un repas en commun, à boire un verre, à regarder un film, ou tout simplement à raconter notre vie sur le canapé du balcon 😛 Aussi par la rencontre de certaines personnes de leur entourage / famille. Ces 2 personnes m’ont définitivement aidé, et je les en remercie sincèrement.

Cette vie en colocation tous les 3 n’aura duré que quelques mois. Chacun étant reparti vers de nouvelles aventures. Je suis la seule survivante de cette #teamcoloc. Et pourtant, j’ai l’impression d’avoir partagé tellement avec eux. La vie en coloc de rêve en soi 😉

D’autres coloc sont arrivés depuis. Sans dire que c’est la catastrophe, on ne peut pas dire que je partage autant avec eux. La dure loi de l’alchimie certainement 😉 Voilà pourquoi aujourd’hui, je pense avoir fait le tour de cette expérience. Je pense que la vie en colocation ne m’apporte plus autant qu’elle a pu/su le faire auparavant. Et surtout, je pense avoir assez muri pour reprendre la vie en solo.

(Je ne sais pas si j’assume totalement le choix de cette photo 😂)

La recherche d’appartement : ne pas être trop pressé

Je cherche donc mon futur appartement depuis plusieurs semaines. Mais je n’arrive pas à trouver le bon. Celui qui me correspondrait parfaitement. À savoir, pas trop loin du centre ville, pas trop cher et pas trop moche. En fait, je dois avoir à peu près les mêmes critères que tout le monde, c’est bien ça le problème ^^ Du coup j’épluche les sites d’annonces tous les jours, en espérant tomber (comme par magie) sur l’appart de mes rêves.

appartement de rêve

(Genre celui-là, sans être trop difficile bien sûr ^^) – Source

Car oui, cette fois, je veux prendre mon temps. Je veux vraiment déménager dans un endroit qui me ressemblera, dans lequel je me sentirai bien, où je pourrai me (re)construire paisiblement. Et non pas déménager par contrainte, et atterrir dans un taudis. J’ai hâte de trouver mon petit nid douillet. De faire une déco à mon goût. De me réapproprier un vrai “chez moi”. Et puis de pouvoir trainer en culotte à longueur de journée sans me poser de question 😂

Le déménagement : fini la galère !

Pour mon dernier déménagement, c’est ma copine Elodie qui m’a aidé à tout installer. Elle m’a accompagnée pour les virées Ikea et pour les aller-retour dans l’ascenseur ^^ Et c’est mon coloc qui avait monté tous mes meubles 😀

Cette fois, j’ai bien envie de réitérer une expérience que j’avais tentée pour deux de mes anciens déménagements : faire appel à une société de déménageurs. Comment vous dire ? C’était le pied total ! J’ai commencé à faire des repérages et il se trouve que la société Move24 pratique des tarifs vraiment intéressants. Alors, je conçois ça reste un petit budget à prendre en compte en plus de tous les frais annexes (caution, frais d’agence,…). Mais honnêtement, pour ceux qui ont la grosse flemme comme moi, et qui n’ont pas envie d’embêter la famille / les amis à porter tous les cartons, c’est un luxe vraiment appréciable. On délègue tout, on fait confiance, et on ne se fatigue pas 😀 Fini le stress !


Et vous, avez-vous déjà goûté aux joies de la vie en colocation ? Faites vous aussi partie de la team #flemme du déménagement ? 🙂

    6 Commentaires

    • Nicole dit :

      Quant à moi, je garde un mauvais souvenir de la vie en colocation ! Je pense que c’est parce que je ne m’entendais pas beaucoup avec les autres occupants de ma maison. De plus, ils ne rangeaient jamais et je devais chaque fois passer derrière eux.

    • Lou dit :

      Bonne recherche d’appartement ! bises

    • Margarida dit :

      12 ans de ma vie en colocation 🙂 ! Oui oui, de mes 18 à mes 30 ! Je me sens un peu la reine de la coloc (dans 3 pays différents) !! Hihihi ! J’ai toujours su en tirer des expériences positives même si parfois ce n’était pas la meilleure entente cordiale. Après, c’est un choix, je ne me voyais pas du tout habiter seule car même si je suis assez solitaire, j’ai besoin d’une petite présence (outre que la radio ou la télé !).

      Quant aux déménagements, ah ben, ça c’est à chaque fois la flemme !
      J’espère en tout cas que tu trouveras le meilleur des apparts !

      Belle journée Laura !

      • Mamzelle Laura dit :

        Wow, eh bien, chapeau ! 12 ans, je pense clairement que je ne pourrais pas ^^
        C’est vrai que la présence des autres rassure et fait du bien, mais moi justement, ce sont les moment solitaires qui me manquent ! Et pour les jours où j’aurai besoin de présence, je sais que mes amis seront là 🙂
        Merci pour ton commentaire, et belle journée à toi également !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *